Search

sabotage psychologique

sabotage inconscient

Le sabotage psychologique

 

Permet de comprendre la psychologie de l’auto-sabotage. Pourquoi une personne aurait-elle certainement l’intention de saper ses propres initiatives ? C’est une question de bon sens. Mais il serait plus judicieux de se demander quelles sont les motivations et la logique qui sous-tendent l’autosabotage. Il n’y a guère d’incertitude quant à son existence. Ce qui n’est généralement pas reconnu, c’est qu’il offre un objectif. Il y a un objectif positif, un besoin si vous voulez, qui sous-tend les habitudes de sabotage inconscient. Nous nous sabotons de différentes manières et, dans chaque cas, les actions d’autosabotage peuvent être considérées comme répondant à une demande positive. Voici quelques exemples …

 

L’une des circonstances les plus courantes est appelée “approche-évitement”, dans laquelle, à mesure que nous nous rapprochons de l’objectif que nous nous sommes fixé, nous commençons à l’éviter. Nous commençons à faire des points qui nous empêchent en fait d’atteindre l’objectif. Disons que vous vous êtes fixé pour objectif de courir 50 miles par semaine. Vous commencez à découvrir qu’à la phase des 45 miles/semaine, vous créez des raisons de ne pas courir, ou vous trouvez des petites urgences qui doivent être prises en charge plutôt que de courir … ou vous devez rester tard au travail, ou … Il peut y avoir une douzaine de circonstances ou de facteurs, dont certains paraissent assez réputés, qui vous empêchent de faire ce dernier pas vers votre objectif. Et aussi, bien sûr, vous pourriez justifier cet échec à atteindre votre objectif de recouvrement et ne pas le considérer comme un type de sabotage inconscient. De plus, si cette situation est considérée comme une initiative de sabotage, on peut alors se poser la question suivante : en quoi cela me sert-il ? Quel est l’objectif favorable qui sous-tend mon incapacité à atteindre mon but ? La solution peut être différente. Il se peut qu’en atteignant l’objectif, il y ait certainement des objectifs qui disparaissent dans la direction vers laquelle il faut tendre et pour rester à l’écart de cette situation, le sabotage évite d’atteindre l’objectif. De cette façon, l’objectif continue à se faire jour et le but favorable derrière cela pourrait être une simple inspiration. Il peut être vraiment agréable d’avoir un objectif, mais il peut aussi y avoir une déception émotionnelle lorsque l’objectif a été atteint. Une autre raison pourrait être que si l’objectif est atteint, les amis, la famille, les collègues … d’autres personnes pourraient alors devenir envieux et que pour éviter ce problème, l’objectif est raté. Cet objectif positif est de maintenir des relations amicales et d’éviter les sensations désagréables chez les autres.

 

Hypnose-Lille-Dépression

 

Les objectifs favorables qui sous-tendent les comportements d’autosabotage ne sont pas toujours parfaitement raisonnables. La nécessité de prévenir les émotions indésirables chez les autres est compréhensible ; pourtant, il n’est parfois pas possible, ni même suggéré, de modifier nos propres actions ainsi que les objectifs visant à éviter que les autres ne se sentent vraiment sévères. L’objectif de nous empêcher d’atteindre un but pour nous assurer que nous restons sur la voie d’un but à atteindre peut être plus favorable que celui de nous aider à trouver l’inspiration et à éviter la déception d’atteindre un but, mais il existe néanmoins des moyens bien plus productifs de répondre à ces préoccupations. De nouveaux objectifs peuvent être développés à partir de la réalisation d’un but. Dans ce cas, l’objectif de 60 miles peut remplacer 50 miles ou 50 miles peuvent continuer à être parcourus en moins de temps. Mais le subconscient, d’où viennent nos habitudes qui s’autodétruisent, n’est pas constamment adaptable, bien qu’il puisse être assez créatif lorsqu’il est sollicité. Souvent, il n’a pas la portée ni la vision nécessaires pour voir les options, à moins d’être déclenché. Par conséquent, il est utile de remettre en question les exigences sous-jacentes installées dans les actions d’auto-sabotage et cela peut également ouvrir les portes de la compréhension à de bien meilleures méthodes de besoins de conférence.

 

Pourquoi se saboter ?

Nous manquons d’estime de soi – lorsque nous ne croyons pas en nous-mêmes, nous ne pouvons pas atteindre nos objectifs. La confiance en soi comprend notre estime de soi. Si nous nous disons constamment que nous ne sommes pas assez intelligents, assez qualifiés ou assez bons pour avoir ce que nous voulons, nous agirons en fonction de ce que nous nous disons à nous-mêmes. La façon dont nous nous parlons à nous-mêmes est importante et affecte directement la façon dont nous nous présentons au monde. Lorsque nous n’avons pas confiance en nous, nous ferons des choses qui nous empêcheront de réaliser pleinement notre potentiel.

 

Nous avons peur du succès

Lorsque nous avons travaillé si dur pour quelque chose, notre succès peut parfois devenir un facteur de stress. Cela se produit souvent lorsque nous manquons de confiance en nous, ou que nous souffrons d’une blessure traumatisante. Nous pouvons craindre de ne pas être vraiment qualifiés ou préparés et d’être exposés à la fraude. Notre peur du succès nous amène à adopter des comportements qui limitent notre réussite. Lorsque nous nous approchons d’un objectif, nous pouvons commencer à faire des choses qui nous empêchent d’atteindre cet objectif. Un coach d’entreprise peut vous aider si vous craignez de réussir dans votre carrière.

 

Nous voulons placer la faute ailleurs

Lorsque nous pensons que nous n’allons pas réussir ou que nous allons échouer quoi qu’il arrive, nous commençons à nous comporter de manière à nous assurer que nous allons échouer. Lorsque nous pensons à des choses comme “je n’aurai pas le contrat de toute façon”, nous déplaçons notre responsabilité dans la réalisation de nos objectifs. Lorsque nous échouons, parce que nous nous sommes déjà dit que nous y arriverions, la responsabilité peut être transférée à quelqu’un d’autre. Nous pouvons justifier la procrastination ou le fait de ne pas nous préparer, car nous avons déjà accepté que nous ne réussirons pas.

 

Nous voulons avoir le contrôle

Nous nous sentons mieux lorsque nous avons l’impression de contrôler la situation. En acceptant un résultat négatif à l’avance, nous avons le sentiment de contrôler la situation même si ce n’est pas ce que nous voulons. Nous contrôlons en effet notre échec lorsque nous appliquons ce schéma de pensée auto-sabotage.

 

Nous avons peur de l’échec

nous craignons de donner tout ce que nous avons à un objectif et de ne pas être encore assez. Il est plus facile de se donner des raisons pour expliquer son échec que de se donner vraiment à fond et de ne pas réussir quand même. C’est la raison la plus évidente pour laquelle nous nous sabotons.

 

Acceptation de la pratique et se valoriser

Apporter des changements dans votre vie demande du temps et de l’énergie. Vous ne pouvez pas vous poser cette question si votre compte bancaire psychologique est déjà à découvert.

 

Parfois, les gens tombent dans le piège de penser : “Quand je serai plus autodiscipliné ou plus productif, alors je prendrai plus soin de moi”. Mais si vous vous êtes épuisé, essayez de faire le contraire : Permettez-vous d’avoir plus d’expériences de plaisir avant de penser que vous les “méritez”. Sinon, vous continuerez à vous enfoncer dans le sol et à vous livrer à l’auto-sabotage.

 

Une autre façon de libérer vos réserves cognitives et émotionnelles est de pratiquer l’acceptation. Posez-vous la question : Quels aspects de la réalité puis-je accepter au lieu de les ruminer ou de harceler les autres à leur sujet ? Cela peut être d’accepter certains traits de votre partenaire romantique, une erreur humaine occasionnelle, des changements au travail, ou quelque chose d’aussi simple que votre enfant qui aime un aliment un jour et le rejette le lendemain. Lorsque vous pouvez laisser partir la colère, l’anxiété et la frustration que vous ressentez à ce sujet, vous avez plus de concentration et d’énergie pour faire face de manière productive à votre autosabotage.

 

Bien que l’auto-sabotage de chacun puisse paraître un peu différent, ces outils peuvent vous aider à découvrir à quoi ressemble le vôtre et comment y remédier. En suivant ces conseils et d’autres encore, vous pourrez vous libérer pour explorer de nouvelles opportunités, travailler plus efficacement et améliorer vos relations. Et, avec un peu de chance, vous ne vous retrouverez plus jamais avec un téléphone portable à l’agonie !

Leave a Comment